Préparez votre voiture pour les longs trajets

Pour certains conducteurs le fait de descendre de Paris à Lyon constitue déjà un long trajet, alors que pour d’autres conducteurs une virée aller et retour en Grèce ou au Maghreb au départ de Paris constitue une promenade. Pour autant lorsque l’on envisage des parcours de plus de 1500 à 2000 km soit un Paris-Nice aller-retour, il est impératif d’effectuer un minimum de préparation sur le véhicule, mais aussi pour le conducteur et l’itinéraire (des infos bon à savoir ici pour La Reunion).

 

Un véhicule capable de revenir à son point de départ

Tel est en effet le but d’une préparation. Celle-ci doit mettre l’accent sur les éléments suivants.

–          Si une révision constructeur ou une vidange est proche, elle doit être effectuée avant le départ. Il en va de même pour un contrôle technique.

–          Plusieurs éléments sont à vérifier et à compléter : les niveaux d’huile moteur, de liquide de refroidissement (avec antigel en hiver), liquide de frein ainsi que celui du lave-glace. La pression de pneus, qui doivent être légèrement sur gonflés, ainsi que la présence d’une roue de secours opérationnelle ou à tout le moins d’une bombe anti-crevaison. D’autre part les véhicules équipés de climatisation doivent être rechargé en gaz si celle-ci n’a pas été contrôlée depuis plusieurs années.

–          Il va sans dire…mais encore mieux en l’écrivant, que tous problèmes ou dysfonctionnements d’un organe du véhicule doivent être solutionnés avant de partir. Il en est ainsi des embrayages qui broutent, des cardans « musicaux » ou des pots d’échappement dignes d’un réacteur de Boeing (susceptible d’un PV).

–          Le confort du conducteur est capital pour assurer une conduite en toute sécurité. Aussi est-il bien venu de procéder à un nettoyage complet du véhicule et d’en profiter pour changer ses housses auto et ses tapis auto pour des modèles neufs sur mesure,parfaitement adaptés à son véhicule.

–          Le soleil est un redoutable ennemi en voiture. Il peut faire monter la température intérieure à plus de 70° C, toutes vitres fermées. Aussi il est fortement conseillé d’installer des filtres ou des rideaux pare-soleil sur les vitres latérales et la lunette arrière. Et surtout de prévoir deux paires de lunette de soleil pour le conducteur.

–          En période hivernale il est impératif d’avoir le lot de chaine correspondant à sa monte de pneumatique dans son coffre, mais aussi de savoir les monter.

–          Il n’est pas inutile d’avoir un certain nombre d’accessoires à bord qui peuvent s’avérer fort utiles en cas de problème : un extincteur, une trousse santé, une couverture de survie, une pelle et un tapis de désensablage si l’on prévoit d’aller sur des plages isolées ou en pinède, des câbles batterie… De même l’on vérifie la présence des accessoires obligatoires tels que : le gilet fluo, les ampoules de rechanges, les contrats amiables (au moins deux), les éthylotests et le triangle de sécurité.

–          De plus en plus de stations-service indépendantes fermes. Cela constitue un handicap lorsque l’on sort de grands axes. Aussi est-il bon de prévoir un jerrican de carburant dans le coffre. Attention toutefois à la législation française qui n’autorise que des bidons homologués de 5 litres, et à certains pays étrangers qui l’interdisent purement et simplement.

On n’oublie pas le conducteur

Lorsque l’on part pour un long trajet, il faut être reposé et avoir l’estomac léger (pas de cuisine grasse qui endort durant la digestion). Il s’agit là d’un problème trop souvent passé sous silence par les médias, mais que les enquêteurs de police retrouvent fréquemment comme cause d’accident.

De même, on ne part pas si l’on vient d’avoir une mauvaise nouvelle tels que : licenciement, décès, rupture conjugale ou découverte d’adulaire, etc. (état de stress intense) ou si l’on s’est disputé avec son entourage.

 

Planification du trajet

Lorsque l’on souhaite effectuer un long trajet, celui-ci se prépare à l’avance. Rien ne vaut la bonne vielle carte papier qui permet de visualiser et de mémoriser le trajet. Les GPS et autres lecteurs de cartes numériques ne doivent au mieux n’être que des aides. Mais il ne faut en aucun cas leur faire une confiance totale, à défaut de se retrouver au fond du port de Rotterdam (accident authentique avec un bilan de deux morts, pour cause de cartes numériques qui n’étaient pas à jours).
Enfin rappelons que des pauses d’au moins un quart d’heure doivent être prévues toutes les deux heures de conduite.

Un long trajet en voiture peut être un vrai plaisir, entres autres dans la découverte de nouveaux paysages, mais peut aussi tourner à une véritable galère en fonction de l’état de préparation du véhicule et plus généralement du déplacement. Aussi est-il absurde de faire l’impasse sur ces quelques précautions, sous prétexte d’un manque de temps.

Laisser un commentaire